(You can choose or or both)

Monday, May 15, 2017

Drama ... Accident




Il y a quelques semaines, Kalia était en train de ramener un bol en verre à la cuisine quand elle s'est encoublé sur une boîte par terre et a réussi à tombé sur le bol qui s'était déjà cassé. Elle s'est entaillé la jambe et le bas d'un pouce. Heureusement qu'on a encore l'hôpital tout près, et qu'il y a le gaz hilarant! Elle a eu 5 points de suture en tout, et on était de retour à la maison 90 minutes après sa chute. Un record, même pour la Suisse!
A few weeks back, Kalia was carrying an empty Pyrex bowl into the kitchen when she tripped on a box and went sprawling, somehow managing to fall on the bits of the bowl that had already broken (can't quite work out the physics of that). Nasty cuts on knee and base of thumb. Thank God for local hospitals and laughing gas! She got stitched up and we were back home 90 minutes after she fell. A record, even by Swiss standards!

Sunday, May 14, 2017

ECR




Les ECR c'est les Epreuves Cantonales de Référence: tests redoutés pour comparer les niveaux des différentes écoles du canton. Donc quand on fait l'école à la maison, c'est les parents qui sont testés tout autant que les enfants. On n'a pas encore les résultats, mais on peut dire que Kalia s'est donné de la peine.
ECR are bi-annual cantonal tests which are used to compare the average attainment levels across different schools. Obviously when you're homeschooling, the parents are implicitly being tested too! We haven't got the results back yet, but Kalia definitely put in a lot of effort.

Friday, May 12, 2017

Reading ... Lecture



L'autre jour il faisait grand beau, alors Kalia s'est installée sur le balcon pour lire.
In the sun for a read.

Thursday, May 11, 2017

Hip-hop


Vous ne le saviez peut-être pas mais maintenant toute la famille fait des cours de hip-hop. Cette fois-ci c'est Rebecca qui faisait une démonstration.
Rebecca took part in a little show put on by her dance school. In case you didn't know, the whole family has hip-hop lessons now. Adults way behind the kids...

Monday, May 08, 2017

The coffee shop ... Le bar à café


(Ci-dessus: paysage dévasté suite à l'accident au central nucléaire de Fukushima*)

Voilà une parabole sur la génération d'électricité. J'y pensais depuis un moment puis par une petite recherche Google je suis tombé sur quelqu'un qui l'avait déjà fait. Cependant, il dévoile l'interprétation au fur et à mesure, ce qui me semblait dommage. Et puis il manque des bouts que j'ai voulu rajouté. Voyez si vous arrivez à identifier tout le monde!

Vous êtes propriétaire d'un bar à café. Rien de très sophistiqué. Seulement du café. Mais votre spécialité c'est de fournir du café 24/7.

A n'importe quelle heure, jour et nuit, les clients peuvent rentrer et ont la garantie de trouver un café tout de suite, sans queue, sans attente.

Ils viennent, ils paient, et ils boivent du café frais, fait à l'instant.

Au début c'était un peu compliqué, mais au fil du temps vous avez compris que la demande suit une certaine logique, et vous avez réuni une équipe de barista qui ont une capacité extraordinaire pour rester des heures et des heures, à faire des cafés d'une très bonne qualité, jour et nuit, sans relâche.

Evidemment il y a des creux et des vagues, qui ont fait tous vos cheveux gris. Mais pour cela vous avez trouvé des employés à temps partiel que vous payez pour être disponible sur demande. Ils sont plus chers, mais c'est le prix à payer pour gérer le côté imprévisible de la demande.

Cependant, dernièrement le gouvernement a décidé de réintégrer les toxicomanes dans le monde du travail. Par endroit, ils donnent tout simplement un gros tas de cash aux employeurs qui veulent bien les prendre. Chez vous, par contre, ils ont simplement décrété que vous devez prendre par préférence les toxicomanes avant vos baristas habituels.

Ce n'est pas un désastre total. Ils ne sont pas bêtes, ni incapables, en fait quand ils sont bien lunés ils peuvent faire d'excellent café très vite, même au point où des fois ils sont tellement motivés qu'ils bossent pour rien.
Mais le problème c'est qu'ils sont totalement imprévisibles. Même certains jours ils ne se présentent pas du tout ! D'autres jours ils continuent à faire des cafés même s'il n'y a pas de client. Cette imprévisibilité vous oblige à payer encore plus de baristas 'normaux' pour rester de piquet pour pouvoir couvrir les trous de production.

Bon, ils ne sont pas totalement imprévisibles, c'est un peu comme les clients, il y a des tendances décelables. Malheureusement, les creux des baristas-toxicomanes coïncident avec les hauts des clients. Donc ce n'est pas une formule gagnante!

Certains avocats de la réintroduction vous disent que c'est simple, il faut investir dans la technologie pour stocker du café. Comme ça vous arriverez à absorber les hauts et bas de la production et de la demande. Certaines des solutions qu'ils proposent sont jouables pour des courtes périodes (mais ça coûte bonbon!), mais vous n'avez tout simplement pas la place pour stocker des jours ou semaines de café.

Pour rajouter à vos misères: un cousin de votre barista habituel au Japon a fait une crise nerveuse suite au meurtre de ses enfants. Des esprits chagrins (liés toujours au monde des barista-toxicomanes) font circuler des rumeurs comme quoi ce serait lui-même qui aurait tué ses enfants. Et par association ils exigent que vous devriez vous séparé de son cousin: "on ne sait jamais".

Quand vous protestez ou essayez d'expliquer la complexité de la production du café, les gens vous accusent d'être tout simplement un sale capitaliste qui profite des pauvres amateurs de café. Vous qui croyiez pouvoir fournir à la population du bon café à un prix abordable, en gagnant votre vie sans faire faillite. Vu comment vont les choses, vous vous demandez où les gens vont bien pouvoir trouver du café à l'avenir. En tout cas vous êtes assez certain que ce ne sera pas chez vous.

(*Est-ce que vous avez remarqué mon fake news là?)
(Above: scenes of destruction following the nuclear accident in Fukushima*)

This is a parable about electricity generation. I'd been mulling the idea over for months, then on a whim searched on Google and found that someone had already done it. However he delivers the punchline as he goes along, which seems a shame to me. And misses out some bits too. So here's my attempt. See if you can identify the culprits as you go along!

You run a coffee shop. Nothing sophisticated or complicated. Just coffee. But your speciality is that it's available 24/7.

Any time of the day or night, customers can pop in and are guaranteed a coffee, straight away, no queues, no waiting.

They come, they pay, they get the coffee. Freshly made.

It was a bit complicated to manage at first, but over the years, you've worked out that the customer inflow follows a pattern, and you've put together a great team of baristas who have an amazing capacity for being present very long hours and pumping out those coffees at a consistent rate, day and night.

Obviously there are the unexpected peaks and troughs, which are responsible for most of your grey hairs. For that you have some part-timers who are on-call and can be present at a moment's notice. They're more expensive, but that's the price you have to pay.

However, recently the government has decided to dabble with re-introducing drug addicts to the workforce. In some places, they're just handing wads of cash to employers if they employ these addicts. In your case, they simply mandate that employers have to give preference to the addicts.

So your priority source of baristas has to be these addicts.

It's not universally dismal. They aren't stupid or incapable, in fact on a good day, they're quite capable of turning out excellent coffee at a good rate, in fact sometimes they get so carried away that they'll go on working without pay.

The problem is that they're totally unpredictable. Some days they don't turn up at all. Some days they go off the end with their coffee-making, whether there are any customers there or not. This unpredictability means you have to keep your original baristas on short notice, so that they can step in when required. So most of they time you're paying them to do nothing.

Well, ok, the addicts aren't totally unpredictable, it's a bit like your customers, there's a general pattern, with highs and lows. Unfortunately, the addict-barista low-points coincide with the customer high-points, so that's not a win.

Some re-introduction advocates say that you should invest in new technology for stocking up on pre-prepared coffee. That way you can absorb the highs and lows of consumption and production. Some of the solutions they propose are almost-workable for short periods, but you just don't have the space to store days or weeks worth of coffee.

To make matters worse, your regular barista has a cousin in Japan who had a nervous breakdown after his children were murdered. The re-introduction advocates have started rumours that it was the cousin who murdered the children, and now - through built by association - they want to get rid of your regular barista, "because you never know".

When you protest or try to explain the problems, people just accuse you of being a filthy capitalist who wants to get rich off the backs of poor coffee drinkers. You thought you were just trying to provide people with a good coffee at a decent price, while not going bust and maybe making a living.The way things are looking, you really wonder where people are going to get their coffee from in the future, but you're pretty certain it won't be from you.

(*See what I did there?).

Saturday, April 22, 2017

Veveyse


Kalia a voulu nous montrer le coin où elle a fait sa journée scout. C'était très très joli, et on y retournera certainement.
Kalia took us to the place where she finished her big walk with scouts a few weeks back. Very nice indeed and we've promised to return with a picnic sometime.

Friday, April 21, 2017

Quartier Libre


Ce week-end de Pâques on a fait deux fois Quartier Libre. Dimanche on était les 4.

Etant donné que c'était censé pleuvoir tout le week-end, on s'en est bien tiré avec seulement quelques gouttes. Par contre la nature se réjouit moins. Ca fait un mois qu'il n'a presque pas plu du tout (je crois). Le Tessin est en alerte rouge pour des feux de forêts. Au mois d'avril!

Easter weekend we did two lots of Quartier Libre. On Sunday 'en famille'.

It was supposed to be tipping it down all weekend, but in the end we only had a few drops. Good for those of us who were outside, not so good for nature: it has hardly rained in over a month, I believe. Some parts of the country are on red alert for forest fires. In April!

Saturday, April 15, 2017

Questions

R: comment il peut y avoir des bruns, puisque on vient tous de Adam et Eve?
Moi: bonne question, mais qu'est-ce que t'en sais, peut-être qu'ils étaient bruns, alors d'où viennent les blancs?!
...
R: Peut-être qu'Adam était blanc et Eve brun?
 
R: How come there are brown people, given that we all came from Adam and Eve?
Moi: Good question, but how do you know they were white? Maybe they were brown, so where do the white people come from?!
....
R: Maybe Adam was white and Even brown?

Friday, April 14, 2017

Summer ... Eté


Il a fait très chaud cette semaine ici. Magnifique, mais très/trop sec.
Heureusement il est prévu qu'il pleuve prochainement.
Malheureusement c'est pendant le weekend!
Beautiful weather here this week, but too dry.
Fortunately it's going to rain soon.
Unfortunately, it'll be at the weekend.

Thursday, April 13, 2017

You say prejudice, I say bias

Comment ça ferait si Clinton avait été un homme et Trump une femme?

Lien intéressant (in English).
What difference would it have made if Clinton had been a man and Trump a woman? Surely the things that Trump said would have seemed completely outrageous coming from a woman?

This team set up to find out, with very interesting results.

Wednesday, April 12, 2017

Exploring


Samedi, Kalia était partie en journée scout, alors Rebecca est moi sommes allés faire notre propre exploration, en dehors des sentiers battus.
On Saturday Kalia went on a long walk with scouts, so Rebecca and I did our own exploring, including this steep climb.


On a trouvé un joli coin pour manger notre piquenique.
We stopped at the top for our picnic, with this amazing view below.


Un sandwich bien mérité.
Definitely worth a sandwich.


Le but était de trouver "un étang" pour voir les insectes. On a dû se contenter d'un marais (et de frai de grenouille).
The aim was to find a pond to observe the insects. We had to make do with a marsh (and frogspawn).

Tuesday, March 28, 2017

Cantata 54


Voilà mon dernier coup de foudre musical.

Prenez le temps de lire/regarder attentivement (sans avoir 10 autres trucs en parallèle), ça vaut l'investissement.

Je trouve que c'est envoûtant, mystérieux, plein d'émotion.

Ensuite il y cette version.

Je l'ai découvert dans cette vidéo de Glenn Gould. Et j'ai découvert Glenn Gould en faisant des recherches sur Keith Jarrett et ses 'vocalises' insupportables (pour moi). Gould faisait la même chose, mais un peu plus harmonieusement, et ses ingénieurs du son faisaient tout pour limiter!

Mon cerveau a toujours eu tendance de changer de sujet de proche en proche. L'internet était conçu pour mon cerveau!

De là (toujours par associations), j'arrive à Hélène Grimaud, un autre pianist. Elle fait aussi parfois un peu de vocalises. Mais ce qui est intéressant chez elle - hormis ses interprétations parfois très libres et originelles - c'est que sont autre 'hobby' c'est les loups. Je n'aimerais pas être l'assureur qui calcule comment assurer ses doigts!

Aussi, apparemment, comme Gould elle est tellement douée techniquement qu'elle peut "répéter" une pièce sans avoir de piano, rien qu'en lisant la musique.
 
This is my latest musical crush.

If you're going to watch/listen, I really encourage you to do it 'mindfully' (i.e. not at the same time as 10 other things).

I think it's beautiful, heart-rending and mysterious.

Once you've watched that version, you might like this one (has more distracting facial expressions!).

I actually discovered this piece in the context of a video by Glenn Gould. And I discovered Glenn Gould whilst looking up Keith Jarrett and his unbearable (to me) caterwauling (great piano though). Gould did the same thing, but rather more tunefully, and his sound engineers went out of their way to hide it!

My brain always did tend to follow along chains of association from topic to topic. The internet was made for my brain!

Anyway, from there (still by association) we can move on to Hélène Grimaud, another classical pianist. She also 'vocalises' a bit, though a lot less. What's interesting about her - apart from her sometimes original interpretations - is that her 'other' hobby is wolves. Pity the insurer who has to work out how much to insure her hands for!

Oh, and apparently, like Gould, she is so talented that she can practise pieces just by looking at the music (without a piano).


Wednesday, March 08, 2017

Ecclesiastes



Sunday's summary of Ecclesiastes in eight words: Fear God and find joy in every fleeting moment.

Tuesday, March 07, 2017

No cares ... Aucun souci

"Les utopies du passé voyaient l'Homme comme des êtres heureux et insouciants. Est-ce possible qu'en réalité, être libéré des soucis du monde nous transforme en psychopathes narcissiques et ennuyés?"

Un type sur le web (pas moi).
"The utopias of the past saw Man as happy carefree beings. What if being freed from the cares of the world in fact turns everyone into bored, narcissistic psychopaths?"

- Some guy on the internet (not me)

Monday, February 27, 2017

Media

Ma réaction (qui n'a pas été publiée) à un billet sur commentaires.com au sujet de la disparition de l'Hebdo, du rôle clef que joue le journalisme pour la démocratie et qui appelle à un presse subventionné par l'état.
Je suis bien content de ne pas avoir commenté tout de suite, puisque les deux commentaires résument en grande partie - et mieux que je l'aurais fait - ce que je voulais dire.

Je n'ajouterais en complément que quelques idées:
- L'ère numérique nous a permis de découvrir qu'il y a beaucoup de gens qui aiment écrire. A tel point qu'ils le font gratuitement. Certes de qualité variable, mais pas systématiquement mauvaise non plus. Difficile dès lors pour les sources payantes de concurrencer sans offrir quelque chose en plus (mais quoi?!).

- Les médias se sont aussi discrédités, car de 'simples reporteurs', les journalistes ont commencé à se voir (ou en tout cas se présenter) comme des prêtres, ayant la tâche d'interpréter les faits pour le commun des mortels, et de pousser la société dans le 'bon sens' (selon eux).

- Avec le 'butinage' virtuel on court bien sûr le risque que le 'consommateur' ne se nourrisse que de sources qui confirment ses préjugés; mais à voir comment les médias se sont tous engouffrés têtes baissées dans les rumeurs "Trump/Poutine", on ne peut compter sur les seuls médias 'de qualité' pour avoir une vue d'ensemble. Dans ce sens, il est peut-être tout simplement irréaliste de croire qu'on puisse avoir une seule presse 'neutre' qui relate le 'true news'. Mieux vaut avoir des sources clairement engagées, et panacher soi-même.

- Là où je rejoins partiellement M. Barraud c'est pour le fameux journalisme d'investigation demandant un investissement considérable qui pourrait justifier un financement. Mais par qui? Je vois trois alternatifs: 1) L'état. Mais cela me semble très problématique, étant donné que c'est justement l'état qu'on voudrait voir investigué en tout premier! 2) Un mécène: à l'instar de 'The Intercept' qui est financé par Pierre Omidyar, fondateur de eBay. Il y a ici aussi un risque de conflit d'intérêts, mais moindre, à mon avis. 3) Le 'crowd funding' - comme par exemple sur Patreon. C'est la solution qui souffre le moins du conflit d'intérêts, mais présente d'autres problèmes: notamment la précarité, et comment se faire connaître auprès des contributeurs potentiels.
This is an unpublished comment on a post bemoaning the death of a French-Swiss weekly magazine, and proposing a state-sponsored publication to guarantee the necessary role played by journalism in the democratic process:
I am glad I did not comment right away, since the two comments summarize - better than I would have done - what I wanted to say.

I would add only a few things:
- Through the internet we have discovered that there are many people who love to write. So much so that they do it for free. Admittedly with varying quality, but not systematically bad either. This makes it difficult for news sources to justify charging without offering something extra (but what?!).

- The media have also been discredited because journalists have begun to see themselves (or at least to present themselves) as high priests, with the role of interpreting the facts for us mortals, and pushing society in the 'right' direction (according to them).

- With online 'foraging' there is of course a risk that the 'consumer' will only go to sources that confirm their prejudices; but to see how the media have run headlong into the rumours about Trump & Putin, one can't rely on 'quality' media alone to get a rounded view. In this sense, it may be simply unrealistic to believe that we can have a single 'neutral' source reporting the 'true news'. Better to have overtly committed sources, and to mix and match oneself.

- Where I partially agree with Mr Barraud is that investigative journalism calls for a considerable
time investment that could justify funding. But by whom? I see three alternatives: 1) The state. But this seems very problematic, since it is precisely the state we would like to see investigated first! 2) A patron: like 'The Intercept' funded by Pierre Omidyar, founder of eBay. There is also a potential conflict of interest here, but in my view, it is much smaller. 3) Crowd funding - as for example on Patreon. This solution  has the smallest risk of conflict of interest, but presents other problems: 'job' security, and how journalists can make themselves known to potential contributors.