(You can choose or or both)

Friday, December 02, 2016

Creation/evolution

Attachez vos ceintures, chaud devant !

Ce qui suit n’est pas taillé dans le marbre, mais un état des lieux de mes réflexions sur la question de la création et l'évolution. Informées par des années d'écoute de la cacophonie des différentes voix, et des fondamentalistes de tous bords.

Permettez-moi de commencer en disant que pour moi, l’âge de la Terre (très très Vieille) n’est pas à discuter. Cependant, j'ai un peu plus de difficulté avec le côté biologique, micro-à-macro-évolution, «beaucoup de petits changements et ... ? ... et voilà l'homme!» (Pour les matheux, l'équation ci-dessus est un résumé humoristique de mes doutes).

Mais le reste de ce billet ne concerne pas la science mais la question suivante : est-ce que l'histoire de la Bible a encore un sens si nous prenons l'évolution comme une donnée ?

Cela peut choquer certains, mais si je suis totalement honnête, intellectuellement la réponse la plus simple (de par le rasoir d'Occam) est que le récit de la Bible n'est qu'une fable, et par conséquent il n'y a rien à réconcilier. Rien à voir ici, avancez s'il vous plaît.

Mais priver ainsi l'histoire des origines de son sens (ou entièrement évacuer la question du sens comme n’ayant pas de sens, comme semble affirmer certains néo-athées) ne fait que créer de nouvelles questions dans d’autres domaines - philosophique et théologique - et par extension existentiel (ce qui convient très bien aux scientifiques fondamentalistes, car pour eux si on ne peut pas compter quelque chose, ça n'existe pas).

C'est pourquoi je ronge encore cet os.

Ceci n'est pas LA réponse, c'est une intuition d’où la réponse pourrait être.

Si la biologie a évolué (nous prenons cela comme une donnée), alors notre premier grand problème est que la souffrance et la mort ne peuvent plus être le résultat de la chute. Cela implique que quelque part la souffrance serait inévitable (ou que Dieu considère que ce n'est pas intrinsèquement mauvais).

Notre proto-homme aurait été le premier «singe» ayant une conscience de soi. Peut-être est-ce quelque chose qui résulte d'une rencontre avec Dieu: serait-ce la signification de «formé de la terre» combiné avec «souffle de Dieu» et «à l'image de Dieu» ?

Peut-être pourrait-on dire qu’antérieurement la douleur et la souffrance étaient déjà présentes, mais pas expérimentées existentiellement. Comme dans le monde animal : Les animaux éprouvent la douleur et la souffrance au moment où elles se produisent, mais ils n'ont pas une crainte existentielle du non-être (désolé si cela heurte les anti-specistes !).

La connaissance du bien et du mal n'était donc pas un changement de comportement, mais une nouvelle compréhension du «comportement animal» comme insuffisante.

L'homme a été (et continue à être) appelé à vivre l’«anti-évolution». Le soin des plus faibles plutôt que la survie des plus aptes serait la volonté de Dieu pour l'humanité. « Dents et griffes » était bon pour la nature, mais ne le sont plus pour l'homme.

Adam et Eve pourraient être un archétype, peut-être que cela s'est passé dans différents endroits indépendamment?

Peut-être que Dieu veut que la planète entière sorte du processus évolutif, grâce à l'humanité?

Une des pistes intrigantes de cette hypothèse est que le trame de l’histoire ne serait plus un retour à Eden, à un ancien état de grâce mythique (semblable au retour vers la sécurité du ventre de notre mère), mais une progression vers une pleine humanité, ce qui implique de découvrir et apprendre ce que « humanité » signifierait.

Vous voyez que le chantier n'est pas terminé! Qu'est-ce que la chute?  Est-ce que nous avons encore 'besoin' du serpent/Satan? Est-ce que le mal existe, ou ne serait-ce qu'une absence de quelque chose? Qu'est-ce que le salut? Par exemple: si le péché est un refus de notre 'humanité' et un retour à notre seule animalité, est-ce qu'une mort éternelle ne serait que l'annihilation, telle que la mort animale?

A réfléchir...
Hold on tight, this could be a rough ride!

This is half-baked, not set in stone, but a sort of what-I'm-musing-right-now on the matter of creation and evolution. Informed by years of listening to the cacophany of different voices, and fundamentalists on all sides.

Let me start by saying that Very Old Earth is a given for me. No debate possible. However, I have a bit more difficulty with the biological micro-to-macro-evolution side of things, the "lots of small changes and mumble-mumble and voilà man!" (For the mathematically inclined, the equation above is a wry summary of what that looks like to me).

But the rest of this post is not about the science, it's about what the Bible story can still mean if we take evolution as a given.

This may shock some, but if I'm totally honest, intellectually speaking the simplest answer (per Occam's razor) is that the Bible account is just a fable, so there's nothing to reconcile. Nothing to see here, move along please.

But in a whack-a-mole kind of way, eviscerating the origins story of any meaning (or even evacuating the question of meaning as being meaningful, as seems to be the approach of some neo-atheists) just brings up different cans of worms in other domains - philosophical and theological, and by extension existential (which is fine by the fundamentalist scientists: because if you can't count it, it doesn't exist).

Which is why I'm still gnawing on this bone.

This is not THE answer, it is an intuition about where the answer might be

If biology evolved (we're taking this as a given), then our first big problem is that suffering and death were not a result of the fall. This implies that somehow suffering was inevitable (or that God thinks it's not inherently 'bad').


Proto-man would have been the first self aware 'ape'. Maybe this is something that resulted from an encounter with God: This would be the meaning of "formed from the earth" combined with "breath of God" and "in God's image".

Perhaps one could say that whatever man was before this, pain and suffering were already present but not experienced existentially. As in the animal world. Animals (sorry if this triggers the anti-specists) experience pain and suffering when it happens, but they don't have an existential dread of non-being.

The knowledge of good and evil was thus not a change of behaviour, but a new understanding of 'animal behaviour' as inadequate.

Man was (and still is) called into "anti-evolution": nurture of the weakest rather than survival of the fittest is God's will for mankind. "Red in tooth and claw" was good for nature, but was no longer good for man.


Adam and Eve could be an archetype, maybe it happened in different places independently?

Maybe God wants the whole planet to come out of the evolutionary process, through mankind? This could be the tending of the garden.

One of the intriguing things about this hypothesis is that His-story is no longer about returning to Eden, to a mythical former state of grace (similarly to how psychologists say we long to be back in the safety of our mother's womb), but a progression towards full humanity, which involves discovering/learning what humanity even means.

As you can see, more work is required! What does the say for the "fall"? Do we still "need" a serpent/devil? Is evil actually a thing, or just an absence of something? What is salvation, in this vision? For example, if sin is a refusal of our 'humanity', and a return to pure animality, is eternal death not just the same as animal death?

Food for thought...

Friday, November 25, 2016

About experts

typehere.
There was a potent sound-bite in the Brexit campaign, about people having had enough of experts.

The experts and their acolytes are still choking on that one :)

But I've been thinking about this recently, because on the question of electricity generation, I rather am for listening to the experts (as you'll have gathered from yesterday's post, if you bothered to trawl through it).

So I was happy to come across this comment, where someone has expressed what I hadn't quite got around to thinking:
So… nobody who actually knows anything about, say, energy or industry or economics thinks it’s a good idea to carpet Britain with expensive, unreliable windfarms. But the ‘experts’ do.
Nobody in real life thinks it’s a good idea to replace the English with Somalis, Syrians and Sudanese. But The Economist says it’ll boost GDP by 1% and The Guardian says having our own country is racist so the ‘experts’ do.
Nobody who owns a map and remembered the Iraq war thought it was a good idea to attack Libya and turn it over to Islamic fanatics. But hey – ‘experts’!
The rest of the comment is worth a read, but slightly less politically correct, so you can click through if you're not going to be offended by further abuse of experts and their followers.

Thursday, November 24, 2016

Votation 27 novembre

En 2015, les centrales nucléaires représentaient encore 33% de la production suisse. [1]

La clé pour comprendre
Pour qu’un réseau électrique fonctionne, il faut qu’à tout moment l’énergie qui rentre corresponde à l’énergie qui sorte. Puisqu’on ne peut pas piloter la demande, il faut adapter l’approvisionnement, au moyen de sources très réactives. [9]

Le défi de l’éolienne & du solaire
Les sources renouvelables sont intermittentes et fluctuent avec les saisons. Du coup à l’imprévisibilité de la demande s’ajoute l’imprévisibilité de l’approvisionnement.
Il faut donc avoir des sources d’énergie alternatives pour les jours calmes et gris, et également trouver un moyen de stocker les surplus de production. [6]

L’avantage de nos montagnes
La Suisse a une grande capacité de stockage hydroélectrique. Cependant, alors que cette capacité est suffisante pour lisser des variations journalières voire hebdomadaires, elle ne peut pas absorber des fluctuations mensuelles ou saisonnières. [3]

CO2
La Suisse fait figure d’élève exemplaire en Europe, avec seulement 4% de sa génération d’électricité provenant de sources émettrices de CO2 en 2015. [2]

Il sera très difficile, voire impossible, de remplacer les centrales nucléaires avec des sources uniquement renouvelables et non-émettrices de C02, que ce soit en Suisse ou importé de l’étranger. [4]

Importation d’électricité ‘sale’
Il est dit que la Suisse importe déjà de l’électricité ‘sale’. En effet, l’Allemagne s’est obligée à acheter en priorité l’électricité de ses sources renouvelables. [8] Cela la contraint à brader ses excédents de production à base de charbon à ceux qui ont des capacités de stockage. [7]

Economies d’électricité
Si tout le monde diminue sa consommation d’électricité de 1% (p.ex. débrancher les chargeurs), le besoin global de la Suisse diminuera de 1%. Autrement dit : presque rien.

Remplacer les voitures polluantes à CO2 par des voitures électriques va augmenter notre besoin d’électricité, et non le diminuer. Idem pour les transports publiques. On évoque aussi l’isolation des bâtiments : mais s’ils sont chauffés au mazout ou au gaz, cela n’économisera pas d’électricité.

C’est la faute aux riches !
Les centrales Suisses sont majoritairement propriété des cantons et communes. Ainsi les « barons du l'électricité » c’est nous. [5]

Forcer la main
La sortie du nucléaire suppose une augmentation massive du nombre d’éoliennes (par centaines) ; la sortie dans l’urgence nécessitera certainement des « court-circuit » aux procédures de consultation habituelles. [4]

Sources d’information
[1]http://www.bfe.admin.ch/themen/00511/?lang=fr
[2]http://www.bfe.admin.ch/php/modules/publikationen/stream.php?extlang=fr&name=fr_683280437.pdf (beaucoup beaucoup de statistiques informatives ici)
[3]http://www.bfe-gis.admin.ch/storymaps/WK_WASTA/index.php?lang=fr (selon mes calculs, environ 1500Gwh de pompage-turbinage mixte correspond à 25 jours de la production nucléaire en 2015)
[4]http://www.strom.ch/fr/energie/avenir-de-lelectricite.html (cette page présente 3 scénarios pour la sortie du nucléaire, mais attention il s'agit de la sortie pour 2050, et non 2029!)
[5]https://www.kernenergie.ch/fr/les-centrales-nucleaires-suisses-_content---1--1321.html
[6]https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_%C3%A9olienne
[7]https://clubenergie2051.ch/2016/07/11/debacle-de-lindustrie-electrique-suisse-et-transition-energetique-allemande/ (cette page est clairement pro-nucléaire, mais illustre la complexité des interrelations entre technique, politique et économique, et les interdépendances avec nos voisins)
[8]https://en.wikipedia.org/wiki/German_Renewable_Energy_Sources_Act#Renewable_Energy_Sources_Act_.282000.29 (in English, désolé)
[9]https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_%C3%A9lectrique#.C3.89quilibre_production_-_consommation

Mais les risques ?
Si on croit vraiment que le problème est l’âge des centrales, il faudrait en construire des nouvelles.

Qui est apte à juger des risques de nos centrales et de la radioactivité ? Pas moi :

https://www.kernenergie.ch/fr/fragen-antworten.html

http://scienceblog.cancerresearchuk.org/2016/04/26/30-years-since-chernobyl-and-5-years-since-fukushima-what-have-we-learnt/ (En anglais)

(Habiter à 80km d’une centrale nucléaire pendant un an expose à autant de radioactivité que manger une banane : http://xkcd.com/radiation/ - en anglais)
This weekend the Swiss are voting on whether to shut down their nuclear reactors extra fast (by 2029) rather than in 2050 as planned.

I'm agin, for all the reasons above.

Tuesday, November 22, 2016

Bike tour ... Tour en vélo


Pour la première fois, nous avons chacun un vélo. Alors cet été nous avons fait une sortie au tour du bout du lac, jusqu'à Swiss Vapeur Parc, puis retour en bateau.
For the first time ever, we each have a bike. So this summer we did a ride to the other side of the lake, spent a while in Swiss Vapeur Parc, then got the boat back home.


C'était vraiment une chouette sortie. Le problème par ici c'est qu'il n'y a pas tellement de choix de sorties 'horizontales', coincés comme on est entre montagne et lac.
A very nice time was had by all. The problem round here is there is not a great deal of choice when it comes to horizontal bike rides.

Sunday, November 06, 2016

Beautiful ... Beau

L'article en entier est ici. Je vous aurez proposé la traduction Google, mais c'est nul.

« Il y a un horizon visible avec Jésus, parce qu'il y a des choses que je peux comprendre et affirmer dans les confessions de foi, mais il n'y a pas d'horizon réel : son amour, sa grâce et sa majesté ne finissent jamais. Ma théologie est une carte, pas une photo. Une voile, pas une ancre. La foi est un mystère, non une certitude, parce que je ne peux jamais être sûr que mon esprit a capté plus qu'un aperçu de sa gloire. Un espoir, pas une possession, parce que rien que je possède ne peut tenir Celui qui me tient. »

The whole thing is long but totally worth the read:

"There is a visible horizon with Jesus, because there are things I can understand and affirm in the creeds and confessions. But there is no actual horizon. His love, grace and majesty are never ending. My theology is a map, not a photograph. A sail, not an anchor. Faith is a mystery, not a certainty, because I can never be certain that my mind has captured more than a glimpse of his glory. A hope, not a possession, because nothing I possess can hold the one who holds me."

Saturday, November 05, 2016

Last days ... Derniers jours


Enfin, dernières photos des vacances!
Made it to the end of holiday photos at last!


Je ne me rappelle plus de qui c'était l'idée, mais ayant fait l'extérieur, les filles étaient partantes pour nettoyer l'intérieur aussi.
Can't remember who initiated the cleaning spree, but having done the outside, the girls were up for doing the inside too.


Les tapis doivent être nickels! Apparemment on peut hérité le TOC des deux parents!
Those carpets have to be clean. Apparently OCD can be inherited from both parents!


Au retour, j'ai enfin (ça fait plusieurs années que j'y songe) pris le temps de faire un petit chemin bis pour visiter le Lac de Paladru. Nous avons mangé dans un petit bistrot au bord de la 'plage'. On a aussi oublié le 'test' de Rebecca là-bas, et pour finir ils ont été d'accord de nous l'envoyer par courrier.
A little 'adventure' on the way back. I often come off the motorway to take a short-cut, and on the map have noticed an interesting looking lake. This time we went to have a look and ended up eating at a vaguely greasy-spoon-type place on the 'beach'. We forgot Rebecca's blood test kit there and they kindly posted it to us.

Friday, November 04, 2016

Beach ... Plage


C'était les derniers jours de nos vacances (oui, plus de trois mois en arrière maintenant!), on a protifté pour retourner à la plage, même si le ciel se faisait menaçant.
Last days of our holiday (yes, I'm posting this more than 3 months after!), we tried to get a bit more beach in. Here an amazing sky.


Quand on reste jusqu'à trop tard pour rentrer souper, on se fait une casse croûte dans la voiture avec ce qu'on a à portée de main.
Snacking in the car park, as we were too late to get home in time for dinner.


J'étais content de l'inventivité de Kalia qui ne voulait pas que le ventilateur tombe pendant la nuit.
I was chuffed with Kalia's resourcefulness to avoid the fan falling down in the night.

Thursday, November 03, 2016

Parc Amazonia


Dans la série des nouveautés, nous avons choisi ensemble de visiter le Parc Amazonia, un lieu où les critiques des réseaux sociaux étaient assez partagés. On a embarqué Thomas pour l'occasion.
Continuing with our new exploration mode, we branched out and went North again to visit the Parc Amazonia. We brought Thomas along for the ride. Reviews on the internet were fairly polarised, so I didn't know what to expect.


Il y a une foule d'activités. Ce n'est pas très 'soigné', mais les enfants se sont éclatés.
It's true that parts of it aren't particularly beautiful or up to date, and it's probably not much fun if there are lotsof other people there. But there are tons of things for the kids to do.


Faire de la rame dans une petite 'rivière'.
You can go for a row.


Un chemin de faire où on doit utiliser de l'huile de coude pour avancer les wagons.
There's a little railroad where you have to push a wheel to get the carriage moving.


Un très très vieux truc de 'tire' (où des choses bougent quand on tape dans le cible - comme on avait dans les fêtes foraines quand j'étais enfant).
A very old firing range thing that seemed to have been imported from a fairground of my youth.


Une 'rivière' à remonter.
Artificial rapids combined with obstacle course.


Et des trucs sur le thème Amazonia, évidemment.
And a zigguratty-type thing.