(You can choose or or both)

Tuesday, February 11, 2020

The end of the world .. La fin du monde

Liste très intéressante de choses dont nous étions censés nous préoccuper au cours des décennies précédentes :

  • 1967 : Surpopulation, conduisant à une famine massive en 1975.
  • 1969 : Surpopulation, menant à l'extinction par la pollution en 1989.
  • 1970 : Pollution, entraînant un refroidissement global et une nouvelle ère glaciaire au 21e siècle (et une perte d'oxygène, et l'assèchement des rivières).
  • 1970 : Surpopulation, entraînant la mort des océans et le rationnement de la nourriture et de l'eau aux États-Unis d'ici 1980.
  • 1974 : Les CFC, entraînant l'appauvrissement de la couche d'ozone par les CFC et une augmentation massive des cancers de la peau d'ici 1990.
  • 1980 : Pollution, entraînant des pluies acides et la destruction de la vie aquatique et des forêts.
  • 1988 : CO2, entraînant un réchauffement de la planète et des sécheresses massives d'ici les années 1990.
  • 1988 : CO2, entraînant une élévation du niveau de la mer et la disparition totale des Maldives d'ici 2018 (et la perte d'eau potable d'ici 1992).
  • 1989 : CO2, 10 ans pour empêcher les nations de se noyer, bols à poussière, "estimations les plus prudentes", augmentation de 1 à 7 degrés C d'ici 2019.
  • 2004 : CO2, conduisant à des villes européennes submergées et au climat britannique "sibérien" d'ici 2020.
  • 2008 : CO2, conduisant à l'absence de glace dans l'Arctique d'ici 2018.
  • 2009 : CO2, 8 ans pour sauver le monde (Prince Charles), 50 jours (Gordon Brown).
  • 2009 : CO2, l'Arctique libre de glace d'ici 2014 (Al Gore).
  • 2013 : Méthane : l'Arctique libre de glace d'ici 2015.
  • 2014 : CO2, 500 jours pour sauver le monde (ministre français des affaires étrangères).


Sans parler de la destruction nucléaire dont l'auteur parle dans l'article.
Very interesting list of things which we have been supposed to worry about over previous decades:
  • 1967: Overpopulation, leading to mass famine by 1975.
  • 1969: Overpopulation, leading to extinction by pollution by 1989.
  • 1970: Pollution, leading to global cooling and a new ice age by 21st century (and loss of oxygen, and dried up rivers).
  • 1970: Overpopulation, leading to dead oceans and US food and water rationing by 1980.
  • 1974: CFCs, leading to depletion of ozone layer from CFCs and massive skin cancer increases by 1990.
  • 1980: Pollution, leading to acid rain and destruction of water-life and forests.
  • 1988: CO2, leading to global warming and massive droughts by 1990s.
  • 1988: CO2, leading to sea level rise and Maldives gone entirely by 2018 (and loss of drinking water by 1992).
  • 1989: CO2, 10 years to prevent nations drowning, dust bowls, “most conservative estimates” 1-7 deg C rise by 2019.
  • 2004: CO2, leading to submerged European cities and “Siberian” British climate by 2020.
  • 2008: CO2, leading to ice-free arctic by 2018.
  • 2009: CO2, 8 years to save the world (Prince Charles), 50 days (Gordon Brown).
  • 2009: CO2, ice free arctic by 2014 (Al Gore).
  • 2013: Methane: ice free arctic by 2015.
  • 2014: CO2, 500 days to save the world (French Foreign Minister).

Not to mention Nuclear Armageddon which the author moves on to in the full article.

Friday, January 31, 2020

On this day of Brexit - En ce jour de Brexit

Je voudrais marquer ce passage en expliquant une différence importante entre l'Angleterre et la majorité des pays Européens, même si ma connaissance est très limitée. Ca part d'une question que je n'entends pas souvent posée: pourquoi tous ces migrants à Calais veulent fuire la France, qui a pourtant un système social très généreux? Est-ce uniquement à cause de la langue?

Un élément de réponse c'est le contrôle de l'identité. Bien que ça puisse paraitre incroyable pour des gens d'autres pays, il n'y a pas de carte d'identité en Angleterre, et le passeport n'est requis que pour voyager à l'étranger. Du coup, une fois qu'on est "dedans", on peut aisément disparaitre du radar pour toujours. Voilà pourquoi les frontières ouvertes exigées par l'Europe ne colle pas.

Dans l'autre sens, les Anglais, quand ils l'apprennent, trouvent tout à fait délirant que (par exemple en Suisse) il y ait un 'contrôle des habitants' qui sait où chaque personne habite. C'est un état policier, disent-ils !

Un article intéressant (in English) qui plaide contre l'introduction des cartes d'identité en Angleterre (pour vous aider à comprendre combien la mentalité est différente).
I'd like to use this occasion to explain an important difference between the UK and most European countries, even if I'm ignorant on the subject. An interesting question to start with: why do all those migrants in Calais want to flee from France? The social security system is pretty generous over there, can it really just be a question of not wanting to learn French?

Part of the answer is about identity checks. In all the European countries (as far as I know), you have to carry ID at all times (or rather, you are supposed to carry ID at all times) and the police can stop and check. Europeans find it impossible to believe that in the UK you can just walk around with nothing, that in fact ID cards don't even exist. How do you know who you are? How do you prove who you are?! But coming back to migrants: once they've got in to the UK, they're pretty much set, as long as they keep themselves out of trouble.

Just so you get the extent of the difference, in Switzerland (which is not the EU, but that's beside the point), every town has a "Contrôle des Habitants", which has to be informed of every person moving in or moving out of the town. In the UK if someone says "the government knows where everyone lives", you think "yeah, ok, maybe the secret services, if they cared that much". But in Switzerland, they really do. There are *some* upsides to this: in Switzerland you can order something, receive it, and then pay after. Because if you don't pay, they know where to come and find you to make you pay. (And there is actually a "Bad payers register", where your name will get put if you don't pay in time). So, police state? A bit, but you get used to it.

A good article on ID cards.

Thursday, January 09, 2020

Qui pourrait le croire ?

Le visage du Dieu de grâce (traduction avec Deepl)

Religion n°1 :

Dieu est méchant, en colère et facilement provoqué. Depuis le premier jour, nous avons tous été une déception, et Dieu prévoit simplement de nous punir pour toujours. À la dernière minute, grâce à l'intervention de Jésus pour le calmer, il décide d'être miséricordieux.

Mais ne faites rien qui puisse gâcher ça. La paix est fragile par ici.

Religion #2

Dieu est gracieux, aimant, gentil, généreux et ouvert. Il se réjouit de nous comme ses créations, et il est affligé que nos péchés aient fait de nous ses ennemis et aient causé tant de ruptures et de douleurs. En Jésus, il nous montre quel genre de Dieu il est et restaure la joie qui devrait appartenir aux enfants d'un tel Père. Fidèle à ses promesses, il bénira tous les peuples en Jésus, et restaurera le monde par sa victoire à la résurrection.

Vous ne pouvez rien faire pour gâcher cela. Dieu a le coeur fixé sur une célébration à l'échelle de l'univers.

------
Le Nouveau Testament le dit ainsi :

5:1 Ainsi, puisque nous avons été justifiés par la foi, nous sommes en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ. 2 Par lui, nous avons aussi obtenu l'accès par la foi à cette grâce dans laquelle nous nous tenons, et nous nous réjouissons dans l'espérance de la gloire de Dieu. ... 10 Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, maintenant que nous sommes réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. 11 Plus encore, nous nous réjouissons aussi en Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, par lequel nous avons maintenant reçu la réconciliation.

L'Évangile est la bonne nouvelle d'un Dieu de grâce. Il nous raconte à nouveau l'histoire du Dieu qui nous aime, du Dieu que nous avons affligé et abandonné et du Dieu qui a pris notre jugement et l'a lui-même subi.

Nous avons beaucoup trop de gens qui vendent la religion n°1. Comme les Pharisiens, ils sont les représentants autorisés du Dieu grincheux, énervé, à cran, et très, très en colère qui PEUT....peut-être, PEUT vous laisser sortir du pétrin....PEUT-ÊTRE.....SI - et c'est un très grand SI - vous arrivez à croire suffisamment, à obéir suffisamment, à poser les bonnes questions de théologie, à trouver votre chemin vers la bonne église, à suivre le bon script et à observer jusqu'au moindre détail, jusqu'au dernier "amen".

Nous avons trop de gens qui ont entendu qu'il y a des bonnes nouvelles au sujet de Dieu, et ont ensuite découvert que les bonnes nouvelles étaient sous réserve de 25 pages en petits caractères expliquant pourquoi Dieu est en fait de mauvaise humeur et que c'est votre faute. Si vous remplissez les conditions du contrat (voir "La foi est obéissance, abandon parfait et un bon témoignage", pages 203-298) alors vous avez un espoir raisonnable d'éviter la crise de colère de Dieu à la fin du monde.

Nous avons beaucoup trop peu de chrétiens qui sont boulversés à la nouvelle que Dieu a renvoyé les comptables, renvoyé les compteurs de haricots, renvoyé les flics de la religion et acheté des chapeaux de fête pour les vieux grincheux. La grande annonce est la suivante : En Jésus, nous découvrons que Dieu est simplement débordant avec une grâce étonnante et complètement au-delà du bon sens quand il s'agit de son amour. Juste pour renforcer sa réputation de Dieu qui sait comment organiser une fête, il nous invite tous à rentrer chez lui, sans billets ni code vestimentaire, pour une fête qui durera, littéralement, pour toujours. Avec un bar ouvert, et tout à sa charge. (Du calme les baptistes. Vous pouvez aller dans une autre pièce.)

Dans l'histoire de l'homme qui a donné de l'argent à ses serviteurs et a dit "Investissez", le dernier avait ce discours pour justifier son incapacité à risquer un centime : "Je sais comment vous êtes. Vous êtes une brute avide de pouvoir qui ne respecte pas les gens. Vous êtes méchant et je n'allais pas vous laisser me reprocher d'avoir perdu un dollar. Voilà ton argent."

Ce n'était pas la bonne réponse. Le maître avait été généreux. Gracieux. Mais cet homme a été formé dans tous les bons séminaires et a lu tous les bons livres.

Dans l'histoire du fils prodigue, aucun des deux fils ne sait vraiment quel homme au cœur tendre, gracieux et indulgent ils ont pour père. Le plus jeune garçon traite son père comme s'il était déjà mort et n'a pas d'importance tant qu'il est en vie. Le fils aîné inscrit son père dans un système qui lui permet de fournir juste ce qu'il faut de 'bon fils' et il reçoit un remboursement.

Des enfants charmants. Je me demande où Jésus a bien pu trouver ces personnages ? Hmmm ?

Puis le fils cadet essaye sa version de "passer un marché avec papa". Heureusement, le Père décide d'ignorer la religion de ces deux têtes de mule, et organise la fête de l'Évangile, grâce au veau qui composait le repas.

Le Père aura sa fête. Même pour le gamin qui ne le mérite pas et qui ne comprend pas tout à fait. Même pour le Pharisien qui est horrifié par le fait que son Père ne coopère pas avec le système.

Dieu sera gracieux. Dieu sera bon. Dieu sera débordant d'amour. Dieu sera bon pour le monde. Dieu bénira les nations. Dieu mettra son agneau, son Esprit et son visage aimant au centre d'un univers transformé à l'image de la plus grande fête de mariage et de banquet que l'on puisse imaginer.

Dieu ne vous montrera pas du doigt en disant : "Il gagne !" ou "Ils avaient raison ! Désolé !" Commencez à accusez le choc maintenant les amis. Ça ne se passera pas comme ça.

Votre billet pour cet événement ne portera certainement PAS de nom confessionnel. Votre place à la table ne sera pas non plus déterminée par votre église ou votre tendance théologique. La grâce et la bonté de Dieu vont effacer toutes les lignes, les cadres, les définitions, les clôtures, les dictionnaires, les sermons, les annonces et les déclarations jamais faites. Vos interprétations bibliques ne compteront plus pour rien. Dieu lui-même, et sa bonne grâce, sera la vedette du spectacle.

Peu importe combien de fois vous nous dites ce que Dieu doit faire, Dieu va faire exactement ce qu'il veut pour faire de Jésus le centre de l'histoire. Et tous les signaux dans le programme des festivités sont qu'il va y avoir surprise sur surprise.

Il se peut même que vous ayez à vous asseoir à côté d'un luthérien. Je sais....mais qu'est-ce que tu vas faire à ce sujet ?

Qu'est-ce que tu dis ? Ton père était chrétien et il était méchant et en colère ? Donc Dieu l'est aussi, parce qu'il est "notre père" ?

Non.

Qu'est-ce que c'est ? Votre prédicateur dit que Dieu est sur le point de laisser tomber un gros truc sur votre voiture et de vous punir avec sa colère quand vous faites de mauvais choix, parce que nous devons tous vivre dans la crainte constante du Seigneur ? Donc Dieu doit être comme ça, parce que votre prédicateur agite une Bible quand il dit ça ?

Non.

Et puis quoi ? Un chrétien de votre petit groupe dit que Dieu nous punit pour tout ce que nous faisons de mal, et que Dieu nous disciplinera par la douleur et la souffrance jusqu'à ce que nous commencions à vivre des vies justes qui montrent que nous sommes sérieux au sujet de Jésus. Et Dieu doit être ainsi, parce que votre ami est chrétien depuis beaucoup plus longtemps que vous ?

Non.

C'est un triste fait que ce que Dieu a révélé de lui-même en Jésus n'attire pas les foules. Mais si vous dites que Dieu est en colère, méchant et sur le point de nous le montrer avec quelques manifestations de colère et de souffrance, vous allez remplir un stade.

Vous voyez, la grâce de Dieu ne rentre pas dans notre boîte. Comment Dieu peut-il vraiment - c'est impensable ! - comment Dieu peut-il avoir la grâce envers (remplir le vide avec des célébrités d'Hollywood, des politiciens célèbres, des experts de grande gueule, votre patron débile, ce professeur qui vous a injustement donner une mauvaise note, votre ex, peu importe, des gens avec des fusils et des bombes, et ainsi de suite) ?

L'image d'un Dieu de grâce fait tomber notre religion en morceaux. Il nous enlève toutes nos envies de sermonner. Il nous ferme la bouche, parce qu'aucun de nous ne le mérite et que nous pouvons tous l'avoir. L'amour et la grâce de Dieu sont tellement au-delà de nos idées sur ce qu'ils devraient être qu'aucune de nos idées sur Dieu ne peut survivre à la bonne nouvelle qui vient en Jésus. Jésus est  salut, grâce, bonté, révolution de Dieu.

Tite 2 le dit si bien : "11 Car la grâce de Dieu est apparue, apportant le salut à tous les peuples..." C'est ce qui est apparu en Jésus. Il n'est pas venu pour condamner, mais pour sauver. En lui, il n'y a pas de condamnation. En Jésus, le Père montre son visage gracieux à nous tous, pour tout.

Dans Marc 3 : 1-6, Jésus est à l'église et les chefs religieux veulent le faire arrêter pour guérison le jour du sabbat. Ils avaient décidé que Dieu était le genre de dictateur méchant et insignifiant qui se souciait plus de l'ordre de jour que de la souffrance d'un être humain. Ainsi, Jésus guérit cet homme, mais Marc décrit quelque chose de tout à fait unique et étonnant : "5 Il les regarda avec colère, affligé par leur dureté de coeur, et il dit à l'homme : "Étends ta main". Il l'étendit, et sa main fut restaurée."

L'image de Jésus guérissant dans une juste colère envers les compteurs de haricots religieux - qui étaient sur le point de commencer le processus de le mettre à mort - est pour une raison simple : Ils étaient assis dans la synagogue, représentant Dieu comme étant plus intéressé par une règle stupide que par la proclamation et la jouissance de son visage gracieux de compassion pour une personne blessée.

Alors Jésus guérit cet homme, met il est passablement énervé. S'il était le Dieu en lequel ces gars croyaient, il les aurait transformés tous en alpagas. Ce qui aurait été plutôt cool....mais tu vois ce que je veux dire.

Arrêtons ça. Arrêtons de cacher le visage d'un Dieu bienveillant. Montrons-le, chantons-le, adorons à sa lumière, vivons comme si nous connaissions ce Dieu gracieux et glorieux comme celui que la Bible proclame et qui vient à nous en Jésus.

Profitons du visage d'un Dieu de grâce. Maintenant et pour toujours.
From iMonk archives: The Face of the Gracious God.

Wednesday, January 01, 2020

Democracy is broken?

A little rant provoked by this article: For too many people in too many countries, democracy isn't working.

I've already posted about democracy (here and here) during the Brexit debate.

Democracy is not a system that you can apply, or fix. It is a culture, which you have to develop, and which you can lose.

It doesn't create unity, it helps to preserve it.

It is the best way for power transmission without bloodshed that mankind has managed to come up with so far.

Democracy isn't failing in Iraq, society is failing in Iraq. Which is to be expected in a post-totalitarian, cobbled-together non-nation.

Arguably society is also failing in the Western countries with political 'deadlock'. Either that or people are voting for a centre which is not there; or parties are veering to extremes in search of more votes (and power); or (my view), things aren't actually that bad and the population are quite happy if the politicians are occupied with fighting between themselves, rather than screwing things up while pretending to fix them.

Polarisation has an effect on democracy, it is not a symptom of democracy. So media outlets complaining about populist politicians whilst conveying disapproval of 'deplorables' are actually speaking out of both sides of their mouths.

Obviously, there are powerful people who have a vested interest in the status quo. But for anyone with a modicum of feeling for history (a rare thing these days apparently), it is obvious - or at least plausible - that in the Western world at least, the vast majority of us have a vested interest in the status quo: because though anyone can imagine how things could be better, that doesn't mean that anyone knows how to make things better, nor that their proposed solution won't make things worse.

So is that an argument for stasis and conservatism? Well I prefer to see it as a variant of the old engineers' dictum of "If it ain't broke, don't fix it". But in this case, it would be: "If you can see more ways things could get worse than better, content yourself with tweaking and don't try anything radical".

UDPATE:
"He recognised that without a shared home and culture based on the inherited values, customs and laws of a nation state there can be no sense of “we”."
- Melanie Philips on Roger Scruton